HUMEURS

 

Fiers de quoi ? Pride Off à Lille, par Alias

Le 01/05/2003
A côté des homos rassurants pressés de reproduire la cellule familiale, y en a-t-il encore qui veulent sortir de toute cellule ?
A côté des homos pittoresques exaltés de défiler en string sur un char aux couleurs du bar du coin, y en a-t-il encore qui cherchent de nouvelles façons de vivre ? A côté des homos émoustillés par les caleçons collants des toréadors, y en a-t-il encore pour penser à la souffrance du taureau ? A côté du culte du corps, du muscle, de la jeunesse, de la mode et de la beauté, reste-t-il une place pour les non conformes ? A Lille peut-être. En tous cas, le Centre culturel libertaire et Radical fucker y présenteront la première “ Pride-Off ”, garantie sans sponsors ni subventions.
A bien observer son programme, elle serait plutôt placée sous le signe de Genet. L'auteur, qui demeure une sorte de symbole de l'irrévérence toujours aussi dérangeant, a en effet inspiré Bacchus, Louis Pierre, Eric Vincent et D. Belloc, soit plus de la moitié des participants. Bacchus chante Genet avec un clin d'œil au groupe Casse-Pipe. Casse-Pipe dont est issu Louis Pierre, chez qui Genet est une obsession (certains se souviennent sans doute de son “ Stilitano ” !). Eric Vincent propose sa lecture mise en musique du Condamné à mort. D. Belloc est un autre amateur patenté. Il nous parle ici de double sélection : Dans un train qui roule vers ce qui s'avérera camp de la mort, un jeune homo imbu de sa beauté s'entend dire “ Tu es comme ceux qui nous paient ce voyage, un sélectionneur ”. Ce texte impressionnant (paru aux éditions Balland) a été adapté au cinéma par Bob Eisenstein et Anouk Adrien d'une façon décalée qui le fait ricocher à l'infini. Le court-métrage rêvé pour ouvrir une Pride-off !
ALIAS
sur http://www.interdits.net (voir liens)