HUMEURS

 

Critique de "Elf, la pompe Afrique"

Le 10/06/2004

Je m'étais promis de vous en parler, tellement j'avais été emballé, sur le cul et tout, et voilà l'occasion puisqu'on recommence :
J'ai participé en tant qu'"intermède musical" à un spectacle théâtral de Nicolas LAMBERT reprenant l'esprit et la lettre de quelques volets du procès ELF...
STOP, partez pas ! La magie est justement là : renseigné ou novice, a priori intéressé ou pas, on se laisse prendre par tout du début à la fin : l'histoire, vraiment théâtrale, la performance individuelle, avec imitation bien campée de chaque protagoniste (plus Caubère que Michel Leeb), le travail d'écriture, qui a su se jouer de la contrainte, s'en servir même, pour donner un sens et une dimension spectaculaire à tout ça :
Rien ne manque, introduction, présentation des personnages, rythme entre humour et tension, chute, on n'est jamais perdu, toujours en éveil et sollicité, on a peine à croire que tout est vrai, et pourtant...
Le point fort : bien des militant ne font que se servir de la forme artistique sans la maîtriser pour faire passer des idées, et ne restent que militants. A l'inverse, bien des artistes diluent leur discours et se sentent intimement assez engagés pour … ne pas le montrer ! Ici, l'équilibre est parfait, le propos est subversif, précis, ET on assiste à un vrai spectacle, construit, joué comme tel, et pas comme un prétexte. Une belle leçon.
Dans la présentation "cabaret", on mange avant (un maffé Sénégalais sans pétrole par exemple), et chaque suspension de séance est égayée par un musicien (Nicolas Bacchus par exemple).
Ces quatre demi-heures passent à toute vitesse, on apprend, on rit, on s'indigne, on s'émeut, bref, c'est un one man show théâtral complet comme je n'en avais pas vu depuis longtemps !
Courrez-y, même quand je n'y chante pas !
http://www.unpasdecote.org/