HUMEURS

 

Lettre aux ministres, préfets, et fonctionnaires de l'état concernés par la chasse aux sans-papiers

Le 01/05/2009


Mesdames, Messieurs,

Je suis outré depuis plusieurs semaines par la tournure que prend la chasse aux étrangers en situation irrégulière (ou devenue irrégulière par l'évolution de nos réglementations), enfants compris, dans ce pays que vous administrez et qui devrait vous être cher.
Plusieurs mineurs dont de très jeunes enfants sont actuellement enfermés dans des centres de rétention administrative et ce, malgré les recommandations de la CNDS, en contradiction totale avec les Conventions Européenne et Internationale des Droits de l'Enfant, sans parler de la jurisprudence française en la matière.
J'imagine qu'en bons fonctionnaires vous "obéissez aux ordres", il est plus préoccupant que certains d'entre vous les donnent, les influencent,ou les cautionnent.
On a vu en d'autres temps certains les refuser dans des cas aussi manifestement inhumains, d'autres les accepter et être jugés 50 ans plus tard avec les suites que l'on sait.
Je vous souhaite de vivre encore 50 ans si c'est le temps qu'il faut pour réveiller les consciences et rendre une justice qui prenne en compte le fait que Français ou non, régulier ou pas, délinquant ou non, on parle d'êtres humains, libres et égaux en droits et en libertés, et dans les cas récents d'enfants, aucunement responsables des conditions d'errance de leurs parents, pas plus que des conditions d'accueil que vous leur réservez.
Votre rôle est d'assurer la sécurité de tous, mais ce que vous êtes capable d'infliger à des êtres humains, a fortiori à des enfants, ne me semble pas de nature à rassurer quiconque vit sous votre autorité.

Merci de vous réveiller avant 50 ans, c'est maintenant.
Dans cet espoir que je refuse d'abandonner, je vous salue avec peine.

Nicolas BAGES dit BACCHUS
Musicien, chanteur,
Ancien éducateur spécialisé (Aide Sociale à l'Enfance et Protection Judiciaire de la Jeunesse)