HUMEURS

 

Charb n'aime pas les gens "Les pédés veulent nos enfants !" C'est le cri des curés

Le 23/09/2001
SI LE TROTTOIR S'OUVRE sous vos pieds et que les flammes de l'enfer viennent vous lécher les fesses, c'est que les députés auront voté oui au Pacte civil de solidarité. Le Pacs, c'est la ruine de la société, la destruction de la civilisation, l'anéantissement de l'humanité. L'Église, beaucoup de personnalités de droite et quelques nazis de gauche nous alertent pendant qu'il en est encore temps : le Pacs, en reconnaissant des droits aux couples homosexuels, ne fait que préfigurer le mariage homosexuel. Et le mariage des pédés, c'est la fin du monde ! Dans Le Parisien du 17 septembre, le Père Olivier de la Brosse, porte-parole de la conférence des évêques de France, nous explique pourquoi : le mariage, "c'est une institution sociale qui fait partie des structures fondamentales de notre société [...] La société est fatalement hétérosexuelle. Si Adam et Ève avaient été homosexuels, nous ne serions pas là, tous, aujourd'hui, pour parler du Pacs..." Et alors ? Si tu n'étais pas là, tu ne pourrais pas te plaindre ni souffrir de ne pas y être. Et ça aurait fait de la peine à qui que l'humanité n'existe pas ? Par définition, à personne. Enfin, bon, passons. Ce qui effraie l'Église et les racistes antipédés, c'est que le mariage des homosexuels leur permette un jour d'adopter des enfants. "Or, pour nous, ajoute le Père de la Brosse, la famille est le fondement de notre société." Et hors de question de considérer un couple homosexuel comme pouvant être fondateur d'une famille. Que deviendront ces pauvres enfants qui auront, eux, deux mamans ou bien deux papas, à part des détraqués asociaux ? Quelle société aberrante voudront-ils construire une fois adultes ? Bah, la même que les enfants d'hétéros, c'est à parier. [ Il y a bien des pédés asociaux, mais souvent ceux-là sont prêtres]. Les homosexuels réclament le droit de se marier, non pas pour détruire la société, mais pour s'y intégrer. Les homosexuels qui veulent se marier se soumettent aux règles de la société telles que les hétérosexuels les ont établies. Les homosexuels veulent les mêmes droits que les hétérosexuels, quoi de monstrueusement révolutionnaire là-dedans ? En voulant bénéficier des mêmes avantages que les couples hétérosexuels, ils reconnaissent qu'être un couple est une situation "normale". Les célibataires homos ou hétéros, eux, sont pénalisés (impôts, adoption, succession, etc.) comme sont pénalisés tous ceux qui vivent à plus de deux. Vouloir être reconnu comme un couple, c'est aussi une volonté de reproduire le modèle parental, traditionnel, classique. La majorité des homosexuels n'est pas différente de la majorité des hétérosexuels. Ils seront capables d'élever des enfants aussi bien, aussi mal que le font les hétérosexuels. Inconsciemment, ou consciemment, il y en aura toujours un pour jouer le rôle de la maman et l'autre pour jouer le rôle du papa. Ils l'ont vu faire, ils le feront. Et si l'enfant adopté par un couple homosexuel vit mal cette situation, ce ne sera pas du fait de ses "parents" mais de l'entourage, de l'Église et son cortège d'homophobes. L'insulte "fils de pédé !" remplacera le classique "sale pédé !". Ah, et puis il y a aussi ce fameux fantasme du couple de pédés pédophiles qui enfile sa "progéniture". Le gamin ou la gamine atterrissant chez un couple homosexuel risque de tomber sur des détraqués. Le risque sans doute existe. Comme il existe pour n'importe quel enfant d'avoir un père pédophile et une mère complice. C'est triste à dire, mais les homosexuels sont des hétérosexuels comme les autres. Si un jour des pédés changent la société, ils ne l'auront pas fait parce qu'ils sont pédés mais parce qu'ils auront été moins cons que les autres.