Presse

 

A Table (autoprésentation de l'album)

Cecicela.com - Le 11 decembre 2005
Plutôt que la sempiternelle chronique, si tu présentais toi même ton nouvel album, m'a dit Simone. J'essaie donc. "J'ai essayé", justement, deuxième chanson de l'album. Alors voilà, j'ai essayé :
J'ai essayé de montrer à la fois que je suis toujours aussi bien que Simone vous a dit, et en même temps qu'il y a une évolution tant technique qu'artistique... en gros qu'on retrouve la gouaille, le chaud et froid des rigolades gratuites aux amours déçues, les gueuleries sur le monde ou plus intimes, mais aussi le fruit des années passées, des rencontres. Pour tout ça, donc : J'ai essayé de donner à chaque chanson son écrin de musique, avec du coup des styles très variés du clavecin classique au gros rock en passant par l'Europe de l'Est, c'est ce qui est bien en chanson, on peut piquer un peu partout et croiser des musiciens de talent dans différents genres musicaux.
C'est aussi un changement par rapport à l'album précédent, en public, donc avec les mêmes musiciens et instruments sur tous les titres. L'identité, le lien entre tout ça, pour les frileux qui auraient peur d'être perdus, ben ... c'est le même chanteur et les rappels d'un univers commun, j'espère, d'un titre à l'autre (on appelle ça des leitmotiv si on est branché, des démons si on veut faire poète torturé, des redites si on est désobligeant, des variations sur un thème si on est gentil, des clins d'œil si on est complice).
J'ai essayé, du coup, de montrer un peu la "famille" musicale, les rencontres, que ce soit justifié par une complicité ET la volonté de varier les plaisirs musicaux, plus que par la volonté de faire un catalogue. Et là, bonheur de jouer avec des vrais gens croisés et appréciés avant, tous les invités, les musiciens, les amis (Juliette, Debout Sur Le Zinc, Eric Toulis, Les Pistons Flingueurs, Mamouchka, Royal Breakfast...), y ont mis du leur, se sont impliqués dans les arrangements, la réalisation des titres que je leur avais confiés, et ça se voit, et ça s'entend. Un défilé, des styles de travail ou de bordel qui ont rendus moins pesants le stress et l'enfilade des jours de studio.
J'ai essayé de faire un bel objet aussi, comme les autres, c'est à dire un disque comme j'aime les trouver : les paroles en clair, les participations de chacun, un graphisme lisible, et c'est Robinson de www.akiza.net qui s'y est collé avec brio. Là aussi il y a la complicité de longue date, depuis Toulouse, comme avec l'ingénieur du son qui n'est autre que Sylvain mon cousin, ça aurait pu être dur de bosser ensemble après avoir grandi proches, en fait ça a simplifié les choses, et ça collait bien à l'ambiance familiale du reste.
J'ai essayé, partez pas en courant, de ne pas faire pour autant qu'un album de potes qui sont contents de s'amuser ensemble et se suffisent. C'est juste qu'au bout d'un moment, en grandissant, dans les amis on trouve (et on choisit) ceux dont les talents (professionnels et personnels) vont avec nos projets. On y gagne bien du temps dans les présentations et l'explicitation de ce qu'on cherche. Et puis des fois on se pose pas de question, c'est juste évident : par exemple je savais pas en embrassant Erwan il y a quelques années, qu'il ferait plus tard ces textes sur mesures et ciselés, à la fois littéraires, référencés, et accessibles, évidents, et qu'ils rempliraient les deux tiers de l'album, y compris le duo avec Juliette, écrit dans l'urgence parce qu'elle avait dit oui, composé aussi vite après pour moi parce qu'elle arrivait, et confié aux musiciens dans la foulée parce qu'elle était là...
Pour résumer, j'ai essayé de faire un album qui représente au plus près ce que j'ai envie de dire (dans les mots comme dans la musique), qui me plaise à moi mais dont je sente qu'il peut parler à d'autres. J'ai essayé de le faire le mieux possible, en restant autoproduit et indépendant, et maintenant il est lâché dans la nature, alors à vous de dire, et ... à bientôt au plus tard.
Nicolas Bacchus
Simone Redon
http://www.cecicela.com