Presse

 

Actualité disques

Chorus n°54 (D. Pantchenko) - Le 03 fevrier 2006
Trois ans après son deuxième album enregistré en public au Bijou de Toulouse, Balades pour enfants louches [cf. Chorus 41, p. 32], Nicolas Bacchus se met A table pour nous offrir une galette vinylique encore plus copieuse et dans laquelle il y a de fait à boire et à manger.
Provocateur viscéral, en butte avec notre société normative et marchande, le chanteur sort ici un album sensiblement plus élaboré que le précédent, où - sans mettre son esprit libertaire en sourdine -, il privilégie les sentiments et l'imaginaire, le tout bien sûr non dénué d'humour. Sous titré "Chansons bleues ou à poing", le disque raconte aussi un certain nombre d'histoires volontier sexuées et à l'immoralité édifiante (J'ai essayé, Les voleurs d'ivoire, Peter Pan, Les Bombes ou Inventaire, en clin d'oeil à Brassens), souvent écrites par Erwan Temple et n'échappant pas à l'exercice de style un rien bavard, Nicolas Bacchus composant lui même la quasi-totalité des musiques.
Comme on l'aura perçu, ce dernier s'est offert le luxe d'inviter nombre de copains et copines "collègues" de tous acabits, histoire de renforcer joyeusement son équipe initiale de huit musiciens. Par son climat d'ambiguïté particulière, le duo d'Enquête préliminaire avec Juliette s'avère très réussi, la chanson la plus relaxante restant Soixante-neuf. Outre la reprise d'Etrange, chanson superbe du quatuor Leprest, Cadé, Vintrignier et Jehan, Bacchus revisite, et enrichit, sa version hilarante du Petit âne gris, un peu expédiée vocalement, cependant, en ce qui concerne Charles et Jean-Jacques...
Daniel Pantchenko