Presse

 

Coup de pouce

Chant'Essonne - Le 05 janvier 2006
Après ses "Balades pour enfants louches enregistré en public qui montrait ses talents scéniques et son sens de l'humour et du spectacle, Nicolas Bachus revient avec un album riche et abouti, avec quelques surprises au menu dont les participations d'Eric Toulis ("Entre les deux"), de Debout sur le Zinc pour l'histoire rocambolesque des "Voleurs d'ivoire", des Pistons flingueurs, de Royal Breakfeast, de Freddy Eichelberger, de Michel Giseko pour une version de la chanson de Leprest, Cadé et Vintrignier "Etrange", de Mamouchka pour l'histoire d'une "Peau d'âne" moderne des années collège. Il s'offre aussi le plaisir d'un duo émouvant avec Juliette ("Enquête préliminaire"), variation sur l'amour d'un même homme par un homme et une femme. Maniant l'humour et l'ironie, tel un explosif coktail, avec une bonne dose d'autodérision, Nicolas fait une sorte d'"Inventaire" amoureux, en même temps qu'un clin d'oeil à Brassens. Il décrit la moiteur et le désir éprouvé dans "Les saunas", nous parle de troublantes "Maladies mortelles" et clame son aversion à la pensée d'être jeune, syndrome inversé de "Peter Pan". Bien évidemment, Nicolas pousse encore ses coups de gueule salutaires et nécessaires, paraphrasant Brel en nous apportant des "Bombes" parce que, dit-il, l'amour c'est périssable. Il sait aussi se montrer un auteur à l'écriture habile, jouant sur les rimes et les mots dans "D'Alain à Line", évoquant avec finesse la mort et l'absence "Les pommes, les papous, les châteaux". En dessert, il nous offre une version "remixée" du "Petit âne gris" d'Hugues Aufray, parodiant au passage Aznavour, Renaud, Delerm, Barbara, Bénabar et Carla Bruni... Voilà un disque fort bien arrangé avec le concours de nombreux musiciens dont Giavanni Mirabassi au piano, un album riche et soigné qui mettra Nicolas Bacchus en bonne place sur cette "nouvelle scène" de la chanson. Une belle réussite!
Francis Panigada