Presse

 

Festival d'Avignon : Nicolas Bacchus, un chanteur "engaygé"

La Provence - Le 28 juillet 2009

Il y a quelques années, Nicolas Bacchus était déjà venu sévir sur la scène de la Tâche d'Encre. Cette année c'est avec la double casquette de chanteur et de producteur qu'il hante la Maison des Fondues.

 D'ailleurs comme il s'est entouré d'une palette de talentueux et plus ou moins confirmés auteurs-compositeurs-interprètes qui l'émeuvent, on peut faire confiance à la qualité corrosive de la programmation. Car Nicolas Bacchus, même s'il a de temps à autre les honneurs de la presse nationale, ne fait pas toujours dans la dentelle.

Si ce généreux n'hésite pas à emprunter quelques textes de ses collègues, dont l'excellent "Dieu est une magouille de l'opposition" de son ami Sarcloret, il y en a également beaucoup de son cru. Le chanteur "engaygé" surprend son auditoire non averti avec sa recette du "Filet mignon", son "J' veux pas être jeune", convoque l'émotion sur les sans papiers, provoque les rires avec son texte sans "s" et carrément l'hilarité dans son interprétation sauvage du "Petit âne gris" de Hugues Aufray.

Il enchaîne les couplets avec des imitations de Renaud, Aznavour, Cabrel, Bruni ou Barbara qui valent à elles seules la réservation d'une soirée en sa compagnie. Bacchus est sans doute tombé dans le tonneau de l'irrévérence quand il était petit. Allez donc boire ses émotions brutes et son mauvais esprit sans craindre de vous exposer à ses postillons de provocateur.

Bernard Sorbier