Presse

 

Nicolas Bacchus, nouveauté du jour

Radio Néo - Le 25 fevrier 2011

Dans l'antiquité, les bacchanales étaient des fêtes religieuse célébrées en l'honneur de Bacchus, le dieu du vin, de l'ivresse et des débordements, debordements sexuels compris. Dans un monde où la plus grande preuve de sagesse était la tempérance et l'équilibre, ces fêtes servaient de soupape pour faire exploser le trop plein d'énergie, de fête et de volonté de puissance.

Et ce n'est donc pas par hasard si Nicolas Bacchus, la nouveauté du jour, à choisi d'appeler sa maison de production « Bacchanales Productions ». Prenant exemple sur l'antiquité, la musique de Nicolas Bacchus et de ses compère Lucas Rocher et Thomas Pitiot nous offre un petit moment de répit dans cette société policée, qui a dit policière, qui est la notre. Un exemple, la chanson « Les gens de mon pays » qui dresse un constat un peu amèer de l'état d'esprit qui hante nos contrées.

Nicolas Bacchus est donc Toulousain, et il n'oublie pas sa famille musicale lorsqu'il fait un album. Au programme de ce nouveau CD, le 4ème, c'est une pléthore d'invités qui prêtent leur voix ou leur texte à l'ami Nico. On retrouvera donc pèle mêle ses fidèles acolytes Thomas Pitiot et Lucas Rocher, mais aussi Sarcloret, Agnès Bihl ou encore Patrick Font. Tout ça autour de 16 chansons qui sentent bon la satire du monde moderne, la décadence, la fête et le coup de gueule.

C'est donc un album profondément alternatif qui trouvera sa place chez tous les amateurs de chansons françaises qui ne se laissent pas faire. Grâce à des textes qui savent nous amener pas à pas vers un message pas si évident, l'album de Nicolas Bacchus mériterait d'être remboursé par la sécurité sociale et d'avoir sa place dans le débat publique. C'est en tout cas un disque qui mélange humour et serieux, à la manière de son titre « La verVe et la joie », à dire très vite jusqu'à se tromper.

C'est donc sorti depuis le mois de janvier chez tous les bons disquaires, et vous pourrez retrouver Nicolas et sa bande en showcase à Toulouse le 26 février à la Fnac Wilson et un peu partout en france.

Emmanuel Denise pour
Radio Néo