Presse

 

L'ivresse de Bacchus

Marseille l'hebdo - Le 04 avril 2007

Son nom sonne comme une ode au plaisir et à la joie. Ne vous y tromper pas. Nicolas Bacchus navigue dans un univers plus sombre qu'il n'y paraît, où le vin servirait davantage à épancher la mélancolie qu'à célébrer l'ivresse de la vie. Voix puissante, mélodies harmonieuses, textes ciselés à la manière d'un artisan soigneux, le chanteur n'a pas froid aux yeux quand il faut nous balancer au visage certaines vérités toutes crues, toutes nues, parler de "sexe" de manière assez directe et nous conter, à l'occasion, certaines de ses expériences en la matière. Comme dans son dernier disque (A Table) quand il évoque "L'odeur des homme" "dans les saunas".

Un peu mordant, beaucoup caustique qaund il s'agit de dénoncer la bêtise (J'vous ai apporté des bombes) ou la fragilité de l'Homme (Les maladies mortelles), Nicolas Bacchus a parfois tendance à appuyer un peu plus fort sur la métaphore et la poésie aux accents sulfureux. A l'aise sur la scène, il vous embarque dans son monde personnel et ses histoires pas piquées des vers, entre deux chansons. Il peut aussi donner dans le pastiche - avec ou sans glaçons - ou l'imitation (Renaud, Brassens, Aznavour), s'il sent que l'ambiance s'y prête. Il vous reste encore deux mois pour découvrir ce chanteur sur la scène de l'Exodus qui lui laisse entière carte blanche.