Presse

 

Nicolas Bacchus ou les dévergondages d'un libertin

L'Alsace - Le 01 avril 2011

Il est troubadour venu du Sud pour conter fleurette à la gente mulhousienne et présenter au forum de la fnac son dernier né, un CD qui allie poésie et verdeur.

Nicolas Bacchus chante le bon vivre et tous ses à-côtés, et son dernier album La verVe et la Joie flirte gaiement du côté de Brassens, Perret et autre Rabelais. Un peu grivois, un peu rock'n'roll, un peu tango... D'allure frêle, le poète à la plume légère vous conte les vers comme il vous trousse les jupons uo vous court les mignons.

Car le Toulousain est amateur de bonne chère et partage l'amour à plusieurs, lui qui aime passer dit-il "du cul de la bouteille au cul de la beauté". Autant dire que ses refrains, qu'ils soient primesautiers ou caustiques, ne sont pas à mettre entre toutes les oreilles.

Avec des allures de gaucho parfois anarchiste, Bacchus fait flotter le drapeau noir et rose sur la marmite, se révolte contre l'exclusion et les droits de l'homme baffoués, avec pour compagnons de route quelques métèques de joyeuse compagnie. Cet ancien éducateur spécialisé a plus d'un tour dans la manche de ses guitares, "militant mais jamais chiant", il vous chante "des rimes tellement riches qu'elles menacent de s'installer en Suisse", disent ses meilleurs amis - et ils sont de plus en plus nombreux, les amis de Bacchus.

Jean-Marie VALDER pour L'Alsace