Presse

 

En marge de "Microsillons" Nicolas Bacchus donne de la voix…

La Dépêche Villefranche de Rouergue - Le 08 aout 1998

L''expression artistique et en particulier la chanson est un moyen pour les artistes engagés de faire passer leur message. Celui de Nicolas Bacchus vise à défendre les libertés et les valeurs de la république, qui il est vrai, ces derniers temps, ont pris un sacré coup au moral. Mais il est des fois où sa propre liberté s'arrête là où commence celle des autres. Nicolas a pu le mesurer, hier, lors de la finale du concours de chants "Microsillons". Sa prestation a jeté un certain froid au sein du public. Et pour cause...
Alors qu'il s'apprêtait à saisir le micro pour interpréter sa chanson, "Au royaume des aveugles, Le Pen n'a qu'un œil" cet éducateur spécialisé à l'Oustal en a profité pour faire ouvertement une allusion aux résultats des élections professionnelles au sein de la police. Avec à l'appui un article d'un journal satirique toulousain datant de 1996, faisant état de 25 % de vote favorable au syndicat Front National, en ce qui concerne le

commissariat de la ville. Tout comme il a incité le public à ne pas signer une pétition en faveur du maintien du commissariat de Villefranche de Rouergue. En dédiant cette chanson aux "policiers FN", la réaction ne s'est pas faite attendre parmi un public mitigé, se montrant soit vindicatif, soit reconnaissant. Un public dans lequel des policiers ou des épouses de policier avaient probablement pris place.
"Grossir le trait"
Pris à parti au sujet de ses propos et menacé de poursuites judiciaires, l'artiste à ensuite été convoqué au commissariat où on lui a précisé, en guise de rectificatif, les derniers résultats aux élections professionnelles, Soit 7% au lieu de 25 pour le Syndicat du Front National. "Je suis tombé d'accord avec le commissaire sur l'attachement à des valeurs communes. Mais malheureusement, certains de ceux qui nous contrôlent dans la rue n'ont pas toujours l'esprit aussi ouvert..." explique t-il, conscient de sa démarche artistique. "L'essentiel, c'est de ne pas plaire à tout le monde. Le but est de grossir le trait pour amener un débat. Si on reste avec ses petites idées, on ne discute jamais".
Résultat des courses, il n'a terminé que 5°. S'il avait uniquement été jugé sur sa prestation musicale, il se serait, sans aucun doute, mieux classé. En tout cas, l'incident est clos (Qu'il croyait ! Lire la suite...).
S.P.
Légende photo : Il y a des susceptibilités qu 'il vaut mieux ne pas trop froisser, surtout quand on a un micro à la main. Nicolas Bacchus s'en ait (sic) rendu compte. - Photo "La Dépêche" C. K.