Presse

 

Le festival multipoches de Hédé

Ouest France (Rennes) - Le 14 aout 2002
Le festival multipoches de Hédé (14/08/02)
Plus que le Festival de poche, les six jours de théâtre et de musique de Hédé sont un festival multipoches où la diversité est reine. La journée d’hier l’a amplement démontré.
Qu’y a-t-il de commun entre une pièce de Labiche et d’Ibsen ? Qu’est-ce qui permet d’écouter des mots de Bukowski, des notes de Piazzola ou des chansons à texte ? Qu’est-ce qui rassemble des formules pour une dizaine de spectateurs et des spectacles pour trois cents personnes ? Qui a un public qui va de cinq ans à... C’est le Festival de poche de Hédé. Une diversité qui permet de multiplier les émotions, même si toutes les propositions ne sont pas toutes du même niveau.
Au crédit de la journée d’hier, oh peut sans nul doute mettre le concert de Nicolas Bacchus. Ce chanteur toulousain est étonnant. Tour à tour insolent, tendre, provoquant, pertinent, injuste, drôle... Il chante, cause, digresse, et chante encore avec un appétit sans faille. Il passe des ”homos“ à la politique, revient par l’amour pour repartir sur le régionalisme et le concert passe en un clin d’œil. Le mérite en revient aussi à ses deux musiciens inspirés et précis Nicolas Thomas au violoncelle et Michel Herblin aux harmonicas.
Près de 15000 spectateurs à Hédé (16/08/02)
Au terme de six jours de théâtre et de musique, le festival de Hédé s'est terminé hier soir […].
[…] Sur le plan purement artistique, cette édition a été marquée par plusieurs noms. Du côté de la musique, sans oublier Jeanne Cherhal ou Yog Sothoth, c’est sans nul doute Nicolas Bacchus qui a été le plus remarquable avec ses chansons et sa redoutable verve. […]
Gilles KERDREUX