Presse

 

Un Bacchus du meilleur tonneau

Le Progrès de Lyon - Le 09 fevrier 2003
Il avait pour mission de conclure le 6è festival des jeunes talents, organisé par le Théâtre de Poche. Devant un auditoire conquis, Nicolas Bacchus, le petit libertin coquin qui ne demande qu'à grandir, s'en est acquitté avec un talent certain.
AINSI DONC, cette nouvelle édition d'un festival intitulé à juste titre Y'a de l'air dans la chanson ! vient de trouver sa logique conclusion samedi soir, avec l'auteur-compositeur et interprète Nicolas Bacchus, invité à distiller son répertoire devant un public visiblement très averti.
D'ailleurs, en ses rangs ne figurait-il pas Jo et Huguette, un sympathique couple venu de Thiers et qui semble en connaître un beau rayon question chanson française d'hier, d'aujourd'hui, et même de demain ? C'est donc en leur éclairée et éclairante compagnie que guitare en bandoulière, arpèges à la main et phrases finement ciselées en bouche, le chanteur a pris possession de la scène et du micro (Note de moi : c'était acoustique et sans micro ;o)).
"Ouvrez la porte aux petiots qui ont bien froid", demandera d'emblée celui qui se déclare honnête, dans la mesure où il aime qu'on l'applaudisse à deux mains. Et qui d'un tango bien balancé va en profiter pour nous instiller ses quatre vérités sur la vie. Et surtout ses réactions épidermiques envers certains dysfonctionnements de notre société. Du genre "Laissez passer les Sans-Papiers !"
Habile tricoteur de mots et rusé mailleur d'images, c'est avec un sourire souvent ravageur que Nicolas Bacchus a entraîné le public du Poche dans ses Balades pour enfants louches, ne manquant visiblement pas de netteté.
A.C.