Presse

 

Bacchus, subversion politique et sexuelle en milieu urbain

http://www.interdits.net; PRESTO - Le 15 mai 2003
[annonce dans L'Interdit, fanzine Lillois (voir liens), de la Pride Off 2003 organisée par le Centre Cul Libertaire et le collectif Radikal Fucker]
Autre symbole fort : le chanteur Bacchus qui proclame carrément “ Pas la peine de me chercher à la Gay pride dans ta télé, j’passe pas ma vie à m’planquer, j’ai pas b’soin d’un jour pour m’montrer ”. Bon, ça donne tout de suite une idée du personnage. Il faut dire qu’en deux albums, Coupe d’immondes… et autres réjouissances populaires suivi de Balades pour enfants louches, Nicolas Bacchus a joyeusement tout renversé sur son passage. La tornade n’épargne rien, ni le public (“Ah, plus discrets déjà, les applaudissements ! ”) ni lui-même (“ Y en a, c’est pire que du Bacchus ”). Question consensus, il faudra repasser. En pleine coupe du monde, on l’entendait proférer “ Pour m’rouler dans l’herbe et courir après des garçons, j’ai pas b’soin qu’ils soient millionnaires ni qu’entre nous y ait un ballon ”. C’est aussi le seul chanteur à ma connaissance qui exhibe fièrement ses mauvaises chroniques, cohérent avec son credo : “ L’essentiel, c’est de ne pas plaire à tout le monde ”. Et surtout pas à “ ceux qui n’ouvrent leur gueule que quand ils chient dans leur froc ”…
Se présentant comme “ subversion politique et sexuelle en milieu urbain ”, ce décapant très corrosif finira bien par venir à bout des tabous ! En tous cas, des jeunes lui confient s’appuyer sur son répertoire pour faire leur coming out…
C’est la première fois que l’occasion nous est donnée d’accueillir dans le Nord le dévergondé, installé à Paris après avoir longtemps sévi à Toulouse. Sa présence parmi nous est un authentique événement. Entre deux dates de tournée, pendant que son groupe prend du repos, il saute dans le train avec ses guitares pour venir secouer le cocotier lillois. Faites lui un triomphe.
ALIAS
L'Interdit#spécial pride off
PRESTO! 71 / Juin 2003