Presse

 

Tendresse et dérision

L'Alsace - Le 06 avril 2003
L'anticonformisme "à fleur de coeur" de Nicolas Bacchus et les rires communicatifs de Tomer Sisley ont conquis les spectateurs du Chapitô, vendredi soir.
Ce sont plus de 150 personnes, enthousiastes et de tous âges, qui ont assisté au quatrième spectacle du Festival de l'humour, vendredi soir à Munster.
En avant-première, Nicolas Bacchus, venu de Toulouse avec ses deux guitares et son violoncelliste. Il commence à murmurer : "Je ne suis là qu'en introduction... mais j'ai des choses à vous dire". C'est alors "d'amours différentes", de sans-papiers, de fils surprotégés, de séquestration dont il est question.
Les messages sont finement suggérés par le biais de textes tendres, émouvants, cinglants. Il dialogue aisément avec le public, chantant ses points de vue avec nuances, avec puissance. La musique est belle, le public est sous le charme de son anticonformisme souriant, à fleur de peau, "à fleur de coeur". Ses évolutions sont légères et sautillantes.
Il va droit au but, dénonçant "la vie privée cachée" prônant sa "mise à nu" pour en faire "une vie libre".
Ses vérités fracassantes, ses notes chaudes et subtiles ont conquis les spectateurs qui le lui ont manifesté tout au long du spectacle.
[...]
Bravo encore aux quelques 30 lycéens de Munster qui, après avoir rencontré certains artistes au Festival d'Avignon 2002, ont monté le festival de toutes pièces.
Christine PLEIS