Presse

 

Les Morpions

POLITIS (David LM) - Le 23 octobre 2003
Associer sur un même plateau cette petite teigne d'Agnès Bihl et ce pince-oreilles de Bacchus, non, franchement, fallait pas ! Lui, un libertin fieffé, partisan d'une franchise éhontée, qu'il sert d'une mâle voix, nous parle de ses amours contrevenues, nous touche d'un poème de Genet... Eh ! même plus bas si on ne l'arrête pas ! Tchatcheur impénitent, il nous confie entre deux couplets ses révoltes intimes, « à ceux qui disent que ce n'est rien que ma vie privée, je réponds que je veux que ma vie ne soit privée de rien ". Cet indiscret convaincant, faudra veiller à ce qu'il ne devienne pas écolo-homo-normatif, on lui doit trop de rires. Par exemple quand il éreinte les confrères plus connus...
Pour la petite Bihl, le cas est différent. Boule d'énergie lancée sur scène, la blonde joue les ingénues, mais mord en fait tout ce que la société lui présente, des filles qui dans leur Golf "font le plein de superficiel" aux ligues anti-avortement. Elle croit se faire pardonner d'un battement de cils complice et d'un sourire gracieux. Tu parles ! Elle a en plus de grands textes, faits main, travaillés au canif, truffés de jeux de mots, sadiques comme des bombes artisanales. Ça gratte encore en sortant.
Merci au Limonaire de faire rimer notre soirée avec urticaire !
29 et 30 octobre, dîner à 20 h, spectacles à22h.
www.agnes-bihl.com et www.nicolas-bacchus.com
David LM