Presse

 

Le poète libertin de Saint-Sernin vous salue bien

La Dépêche du Midi - Le 30 juin 2002
-Un jour, dit-il "les chansons des autres ne m'ont plu suffit. Alors j'ai écrit les miennes". Adieu Font et Val, Brel, Brassens et même Souchon, le répertoire de ses dix-huit printemps. A trente-et-un ans, Nicolas Bacchus, auteur, compositeur et interprète d'origine Auvergnate, poursuit son bonhomme de chemin, sans se soucier de la mauvaise réputation. Définitivement libéré du respect dû aux aînés et des influences de la jeunesse.
C'est à Toulouse qu'il a brisé ses chaînes il y a déjà sept ans, et il largue à nouveau les amarres. A la rentrée, le poète libertin du marché Saint Sernin chantera sous les ponts de Paris mais sûrement pas à Notre-Dame. L'office du dimanche, ce n'est pas vraiment sa tasse de thé, ni le lieu idéal pour avouer son penchant pour les garçons. D'ailleurs il n'a guère fréquenté la basilique dans la ville rose. Ses mots crus, ses mots uppercut et ses mots qui passent "du cocasse à l'âme en deux accords de guitare" comme disent ses admirateurs, on les a surtout entendus dans les rues et les cafés, ses lieux de prédilection.
Nicolas Bacchus compte des inconditionnels parmi les étals du bout de la rue du Taur, à la Loupiote, au Fil à Plomb, et bien sûr au Bijou, "son Olympia". C'est là qu'il a enregistré son dernier disque en live l'hiver dernier. "Balades pour enfants louches" ça s'appelle. Des enfants purs comme des enfants de coeur, sauf qu'ils sont homos, sans papiers, sans logis etc. Et aussi éducateur spécialisé entre deux tours de chant. Au diable les bien-pensants ! Les chansons subversives de Nicolas Bacchus touchent un public toujours plus grand partout où il passe. Pour preuve, les éloges qui fleurissent dans la presse. En plus, il possède une qualité rare. Il est fidèle. "Entre le public toulousain et moi, c'est une histoire qui durera", assure-t-il. Avant de déménager et de s'installer "pour trois ou quatre ans au moins dans la Capitale", le chanteur a pris les chemins de traverse pour un petit concert d'été à Sengouagnet, dans la Vallée d'Aspée, le 1er août dans le cadre du Bijou de l'été.
Andrée Brassens