Imprimer

Trouble ode (avec Yoann Ortega) (dvd seulement)

(Luc TALLIEU / Nicolas BACCHUS / Nicolas BACCHUS / Michel Rousset)

Mais bon sang que c’est dur

De nos jours, je vous jure,

De manger à sa faim.

Avec tout ce qui court

Dans les veines de l’amour,

Bien souvent je m’abstiens.

 

Je me souviens du temps

Où le premier cou tendre

Faisait très bien l’affaire.

Jeune fille ou jeune homme

Ils étaient pour ma pomme

Sur les grandes artères.

 

Moi qui déteste les toasts,

Qu’un inconnu m’accoste,

Je file au baccara.

Je me mêle à vos fêtes

Pour la comtesse refaite

Qui me sustentera.

 

Nous n’sortons que la nuit,

Quand les regards pressants

De tous les bien-pensants,

Sont encore endormis.

Dans les bals au château

Sous les loups, sans mentir,

Faut compter au bas-mot,

Pour trois vamps un vampire!

 

Derrière des glaces sans tain

Je repère le mondain,

Au boudoir, le boudin

Qui offrira son cou

Et son corps en dessous

À mes crocs, …ou aux miens!

 

 

 

Dis, quelle noce feras-tu

La semaine prochaine?

Y a deux mariages princiers.

Les mariages ça me tue,

Je préfère les baptêmes,

On boit peu, mais bien frais!

 

Ça fait cent ans ce soir

Qu’on vit dans ce manoir

Tout près de l’océan.

Je rêvais d’Atlantide

Moi d'une bonne carotide

À me mettre sous la dent.

 

Refrain

 

Est-ce le vent du désir

Qui tend la voile de mon navire

Et souffle à mon oreille ?

Il y a des vents pires

T'as de la veine : j'aspire

Toujours à ton éveil…*

 

Suis-moi aux bacchanales

Je te vois rire sous cape…

Au bord du grand canal

En attrapant la mienne…

Et buvons, sexe en sus

Nos sangs riches comme

Rhésus

 

* "J'aspire toujours à ton éveil" : Expr. (déb. XXIè) 1.- class. Je souhaite sans cesse tes progrès 2.- fam. Je te suce tous les matins (ndlr)