Imprimer

Cousine (avec Anne Sylvestre)

(Erwan TEMPLE / Nicolas BACCHUS)

(Lui)

Toi l’ancêtre, toi la jolie

Toi la révoltée de la vie

Toi qui as appris le courage

Un printemps dans les débrayages

Qu’as crié "Tchécoslovaquie!"

Le fond de l’air était roussi

T’es pas retournée à l’usine

Cousine

 

(Elle)

Toi, le morveux, le mal rasé

Toi qu’es de trente ans mon cadet

Toi qu’as appris que la misère

Elle est pas qu’au bout de la terre

Qu’as gueulé "Hospitalité!"

Le fond de l’air est tout bouché

Tu as pas trouvé de turbin

Cousin

 

Ma précieuse, ma jamais riche

Toi qui lisais Ivan Illich

Qui as signé à peine en cloque

Un manifeste de salopes

Toi qu’as chanté "Enragez-vous!"

Toi qui as baroudé partout

Il y a le feu dans tes prunelles

Ma belle

 

Toi qu’es plus vraiment un bambin

Qui as vu crever tes copains

Toi qui as brandi dans les capotes

Ta dignité d’être salope

Toi qui as hurlé "Mort à Gênes!"

Que jamais ça ne nous reprenne

Mais ça nous reprend tout le temps

Mon grand

 

Toi la vieille, la magnifique

Qui as pas cédé aux années fric

Toi qui es partie de la ville

Ouvrir les prisons, les asiles

Qui as pas attendu le grand soir

Les drapeaux rouges, les drapeaux noirs

Tu vis ici et maintenant…

Maman ?

 

M’appelle pas maman, mon gars

Des bonnes mères, j’en connais pas

Toi tu n’es pas rempli de doutes

Toi tu crois au bout de la route

Tu fais des rêves générales

Avec le temps on dort plus mal

Avec le temps on rêve moins

Gamin

 

Et puis on continue pourtant

Et puis tu souris tout le temps

(Ensemble)

On invente d'autres manières

Pour passer les années d'hiver

D'autres armes, d'autres chansons

Des trucs pour énerver les cons

Et des remparts à nos folies

Merci