NEWS

 
  • Bonjour,

    Je m'étais promis de vous en parler, tellement j'avais été emballé, sur le cul et tout, et voilà l'occasion puisqu'on recommence :

    J'ai participé en tant qu'"intermède musical" à un spectacle théâtral de Nicolas LAMBERT reprenant l'esprit et la lettre de quelques volets du procès ELF...

    STOP, partez pas ! La magie est justement là : renseigné ou novice, a priori intéressé ou pas, on se laisse prendre par tout du début à la fin : l'histoire, vraiment théâtrale, la performance individuelle, avec imitation bien campée de chaque protagoniste, le travail d'écriture, qui a su se jouer de la contrainte, s'en servir même, pour donner un sens et une dimension spectaculaire à tout ça :

    Rien ne manque, introduction, présentation des personnages, rythme entre humour et tension, chute, on n'est jamais perdu, toujours en éveil et sollicité, on a peine à croire que tout est vrai, et pourtant...

    Dans la présentation "cabaret", on mange avant (un mafé Sénégalais sans pétrole par exemple), et chaque suspension de séance est égayée par un musicien (Nicolas Bacchus par exemple).

    Ces quatre demi-heures passent à toute vitesse, on apprend, on rit, on s'indigne, on s'émeut, bref, c'est un one man show théâtral complet comme je n'en avais pas vu depuis longtemps !

    Courrez-y, même quand je n'y chante pas !

    Un site internet est prêt et dans les liens, voir aussi les dates rubrique "concerts" en mars.

    http://charlie.noe.free.fr

    A part ça, les dates sont à jour, ça va pas mal et vous, et ...

    ... A bientôt au plus tard.

    Nicolas
     
  • "Nous savons tous les deux que le monde sommeille par manque d'imprudence"

    (Jacques Brel, 1977, Jojo)



    Bonjour,

    Je nous souhaite donc à tous beaucoup d'imprudence et un prompt réveil :

    Pour le public, l'imprudence de la curiosité, pour aller voir hors des évidentes autoroutes ;

    pour les intermédiaires, pros de toutes sortes, l'imprudence d'oser parier sur la précédente, pour faire découvrir et pas resservir ;

    pour nous, l'imprudence de continuer malgré tout, pour dire quand même, pour voir jusqu'où.



    Et puis une pensée pour la nouveauté de ce 1er janvier, l'arrivée du nouveau régime des intermittents :

    Alors, bonne année l'Assedic, mais c'est pas gagné, même débarrassée de nous...
     
  • Bonne humeur

    Le 04 decembre 2003
    Bonjour,

    Première partie d'ASTIER hier soir à Paris, et petit cadeau de la part de ce Monsieur, qui (ne) m'a introduit (que) par un petit texte que je mets en ligne illico dans la rubrique "humeurs" (et bonne, évidemment.)

    Trève de plaisanterie et de Noël, reprise des concerts en Janvier (je sais pas pourquoi, on m'appelle rarement pour les arbres de Noël des CE CGT ou des écoles catholiques.) Bref.

    A bientôt au plus tard.

    Nicolas
     
  •